LA FORCE DU DESTIN

La force du destin

De Giuseppe Verdi

Opéra de Munich

Durée : 3h24mn

Dimanche 26 mars 2017 à 16h

C’est un opéra un peu composite, avec une intrigue à rebondissements pas toujours crédibles mais La Force du Destin est d’abord un superbe florilège vocal. Car cette histoire de vengeance aveugle au milieu d’un monde aux couleurs picaresques ne tiendrait pas sans l’abondance des situations dramatiques qui constituent une matière riche, contrastée, variée pour le compositeur. Et ce sont ces aspects d’un romantisme exacerbé qui lui donnent sa force et qui animent les airs passionnés, les duos ardents, les chœurs enflammés : c’est ce feu qu’on vient chercher dans La Force du Destin, un feu que résume bien sa fameuse Ouverture, une des plus célèbres de Verdi. Le spectacle de Martin Kusej plonge tout à fait dans cet univers oppressant, le désespoir y est palpable – mais ce qui m’a donné envie de vous proposer ce spectacle, c’est d’abord le formidable bouquet de voix réunies par l’Opéra de Munich : on ne peut sans doute pas faire mieux aujourd’hui au monde pour cet ouvrage, avec Jonas Kaufmann qui sait concilier un total investissement dramatique et la délicatesse d’un chant tout en nuances, avec Anja Harteros, tout aussi bouleversante, portée par un sens aigu de la mélodie verdienne, avec Ludovic Tézier, voix chaude et mordante qui donne des frissons !

Distribution :

Direction musicale Asher Fish

Mise en scène stephano Poda

SYNOPSIS

Leonora, fille du marquis de Calatrava, aime un « sang-mêlé », Don Alvaro, avec lequel elle projette de s’enfuir du château paternel. Les hésitations de la jeune fille partagée entre passion et remords retardent la fuite des deux amants, soudain surpris par la brusque arrivée du père. En jetant son pistolet à terre en gage de bonne foi, Don Alvaro tue accidentellement le marquis qui meurt en maudissant sa fille. Ce drame initial enclenche l’implacable mécanique du destin. Dix-huit mois plus tard, Leonora, sous un déguisement masculin, a trouvé refuge dans une auberge où elle reconnaît son frère Carlo parmi les nombreux convives. Animé d’un terrible désir de vengeance, Carlo s’est lancé à la poursuite de  sa sœur et de son amant qu’il considère comme les meurtriers du marquis. Leonora parvient à se réfugier au monastère de la Madone des Anges. Désormais persuadée d’avoir été abandonnée par Alvaro, la jeune femme obtient du Père Gardien l’autorisation de vivre en ermite dans un lieu isolé proche du couvent. Les années passent. Engagé au service du Roi d’Espagne sous une nouvelle identité, Alvaro s’est illustré au combat sans avoir pu oublier son amour pour Leonora qu’il croit morte. Un jour, il sauve la vie d’un jeune officier en qui il ne reconnaît pas le frère de Leonora parce qu’il se dissimule lui aussi sous une fausse identité. Alvaro et Carlo se jurent une amitié éternelle. Mais le destin  poursuit sa marche inexorable : Carlo découvre qui est réellement son nouvel ami et sa soif de vengeance le pousse à exiger un duel interrompu par des soldats. Alvaro trouve refuge au monastère de la Madone des Anges où il devient frère Raphaël. Tout le monde vante sa piété et sa  générosité. Mais l’intraitable Carlo retrouve sa trace et l’insulte violemment pour  provoquer un nouveau duel. Après un terrible combat sans vainqueur, les deux hommes vont chacun  chercher du secours à l’ermitage où vit Leonora. Le destin s’accomplit. Au moment où les deux amants se sont enfin retrouvés, Carlo, ivre de haine, poursuit sa vengeance et poignarde sa sœur. Le Père Gardien exhorte Alvaro : il doit surmonter son désespoir et survivre pour expier.

iconevenement
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
16h00
Lundi
Mardi

©2017          Ciné-calanques Cassis          Admin          Réalisé par Créa-Design                         

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?